Bienvenue sur ce site, dédié à la construction audio et radio.

Ces pages sont en cours d'écriture, et leur évolution se fera au fil du temps. Merci pour votre indulgence.

Si vous êtes passionné par la construction à l'ancienne, ou nostalgique d'une époque révolue, alors vous êtes à la bonne  adresse.

Le transistor a remisé les équipements anciens au placard, et même, pour la grande majorité d'entre eux, à la poubelle, tout simplement.
De nombreux passionnés consacrent une grande partie de leur temps libre à remettre en état tous ces trésors du passé, et ne supportent pas de voir un vieux poste de radio dans un container à déchets.

Certains encore, construisent des répliques de matériels anciens, et quelques unes  de ces imitations sont si réussies, qu'il convient d'y regarder à deux fois pour discerner le vieux du neuf.

D'autres construisent du matériel neuf, en réutilisant des pièces anciennes, et des idées nouvelles.

N'importe quel passionné, osant parler de constructions à base de lampes radio, à une époque totalement noyée dans le modernisme hystérique, ferait figure de Cro-magnon, ou d'Hibernatus récemment décongelé.
Il n'est pas facile en effet de faire comprendre à un utilisateur de four à micro-ondes, que le magnétron, pièce principale et incontournable du four, n'est autre qu'un tube électronique, qui n'a pas encore été détrôné par son rival totalitaire, le transistor.
Et pour couronner le tout, tous les émetteurs radio de très grande puissance utilisent exclusivement des lampes, pour fournir les centaines de kilowatts rayonnés par les antennes. 
Le transistor n'a pas tout remplacé.
Il lui reste encore bien des domaines de la physique à conquérir.
S'il a d'immense qualités, il lui reste encore d'innombrables défauts, que la recherche technologique corrige au fil du temps.

Quoi qu'il en soit, rien ne remplacera le côté apaisant des filaments qui luisent dans la pénombre, et la douce tiédeur qui se dégage d'un vieux poste de radio, témoin assidu des événements de l'histoire récente.
Fabriquées en masse pour répondre à d'énormes besoins militaires pendant la guerre de 1914, les lampes ont, petit à petit, envahi les foyers paisibles, et sont devenues d'incontournables complices de la révolution radiophonique.
Grâce à elles, les nouvelles circulent, et l'information n'a plus de frontière.
Quel brutal changement dans la vie des ménages, où la radio devient un divertissement quotidien. 

Aujourd'hui après un siècle d'existence, ces bonnes vieilles "ampoules", comme disaient les anciens, sont toujours là, et lorsque l'on regarde avec nostalgie un vénérable poste de radio , il est difficile de ne pas imaginer un grand-père à l'oreille collée au haut parleur, fusillant de l'oeil tous les bavards autour de lui, et réclamant le silence, d'une voix qui ne tolère aucune contestation.
Taisez-vous!..., j' écoute les informations. 

La famille Duraton, Zappy Max, et tant de souvenirs sont encore associés à ces vieux récepteurs que l'on a remisés au grenier, détrônés par le nouveau poste à transistors.
Le repos éternel de ces "reliques" sera quelquefois interrompu par un petit fils curieux, qui remettra le poste en marche, bien surpris que cette caisse en bois couverte de poussière puisse encore fonctionner, en diffusant le dernier "tube" de l'été, au lieu du sempiternel "Attendez vous à savoir...", de Genevieve Taboui.

Anachronisme ? Non, juste le temps qui file, en laissant les rêveurs sur place...
Ces souvenirs sont pourtant si proches, et si précis, dans ce monde où tout se bouscule...
Souvenirs d'un enfant souriant tirant un lourd poste sur le porte-bagages d'un vélo bien trop grand pour lui, souvenirs d'un gamin heureux traînant  un lourd carton bien ficelé contenant un "trésor du grenier", dans le train à vapeur qui le ramène de chez son oncle...
Images d'un passé insouciant qu'il ne reverra plus...

Mais, on n'efface pas aussi facilement une page capitale de l'histoire technologique.

La fin de la guerre froide a libéré d'énormes quantités de lampes "modernes", en particulier dans l'ex-URSS.
Désormais devenues obsolètes d'un point de vue stratégique, toutes ces braves vieilles loupiotes reprennent du service civil.

Curieuse issue, pour cet ex-matériel militaire, que de servir à construire des équipements de loisirs.
Pour quelques euros, il est maintenant possible de se procurer très facilement des tubes longue durée, de qualité militaire, chose totalement inimaginable avant la perestroïka.
La mondialisation, et en particulier internet, ont permis la commercialisation internationale de tout ce matériel autrefois interdit.

Impensable d'imaginer, à l'époque, que ce relâchement ferait le bonheur de milliers de passionnés dans le monde entier.

Qui aurait pu croire, qu'au delà de l'an 2000, quelques usines de lampes persisteraient, en fabriquant des tubes neufs, pour alimenter la demande mondiale en constante croissance.

Les pages qui suivent décrivent des constructions qui restent à la portée de l'amateur.
Si toutefois, certains schémas ne sont pas assez clairs, ou si certaines informations sont manquantes, il suffit d'utiliser le lien CONTACT, tout au bas de ces pages, pour faire une remarque, ou poser une question.

Construire quelque-chose par soi-même est un vrai bonheur, que la miniaturisation a fini par rendre impossible dans bien des cas.
Le porte-monnaie a remplacé le fer à souder, et le marketing a rendu obsolètes les réalisations amateurs.

Pourtant, certains acharnés n'ont pas baissé les bras, et résistent encore, même s'ils ne sont guère nombreux.
Ces pages sont destinées à  ceux qui hésitent encore à franchir le pas, afin de les encourager à se lancer.
Les réalisations personnelles ont une "saveur" qui ne s"achète pas dans les magasins.

Bon, il est grand temps d'allumer le fer à souder!...


Cliquez sur CONSTRUCTION en haut de cette page, pour accéder aux différentes fabrications qui sont décrites sur ce site.
Toutes les réalisations proposées dans cette rubrique sont des constructions originales de l'auteur, et aucune d'entre elles n'a été "empruntée" à quiconque, ce qui n'exclut absolument pas que d'autres aient préalablement imaginé ou réalisé des montages similaires ou nettement plus performants.
Nul n'a le monopole du savoir, et il convient d'éviter toute prétention en essayant simplement d'ajouter quelques pierres à l'édifice d'une construction publique.

Internet ne montre qu'une infime partie des réalisation parfois géniales de nombreux bricoleurs anonymes.
Les réalisations exposées dans ces quelques pages sont très modestes, et n'ont d'autre but que de démontrer qu'il est encore possible de fabriquer par soi-même du matériel tout à fait correct.
En cette époque ou l'écologie a ses détracteurs et ses partisans, même si cela parait puéril, il ne parait pas déplacé de comparer le jardinage bio avec l' électronique maison.
A chacun son truc!...
Ecouter sa musique préférée sur une construction personnelle vaut bien la dégustation des fraises de son jardin!
La liste des réalisations s'agrandira au fur et à mesure de la mise en ligne des diverses rubriques.
Puissent ces quelques descriptions vous pousser dans la voie du made in France...

Bon bricolage...

Réalisations en cours:

De nombreux projets sont en attente, patience!...

La description en cours concerne un émetteur AM/CW/SSB complet, avec VFO DDS ultra-stable, et push-pull de 4 tubes 807.

Un VFO Franklin était prévu à l'origine, comme pilote d'émission, mais après réflexion, il a été décidé d'utiliser une technologie moderne en lieu et place de l'oscillateur à lampes.

Diverses raisons ont pesé en faveur de ce raisonnement.
Les principales sont les suivantes:
 
 
  • Forte sensibilité aux vibrations 
  • Affichage de la fréquence beaucoup trop imprécis 
  • Dérive inévitable, incompatible avec l'encombrement actuel des bandes radio et les contraintes modernes. 
  • Nécessité d'utiliser un quartz par bande de fréquence couverte. 
  • Obligation de faire tailler ces quartzs sur mesure dans le cas d'un filtre SSB non standard. 
  • Nombreuses commutations imposées par les diverses valeurs de l'oscillateur local. 
  • Difficultés souvent rhédibitoires d'approvisionnement des composants stratégiques. 
  • Et surtout, difficulté de concevoir un montage facilement reproductible par d'autres constructeurs.

En ce qui concerne le VFO DDS, (AD9850) totalement en technologie numérique, il est nécessaire de lui adjoindre une gestion à micro-contrôleur, car ce circuit ne peut être utilisé seul.
De petits kits VFO complets, à très faible coût, sont prévus pour les réfractaires à la programmation binaire, afin qu'ils ne soient plus pénalisés par ce type de réalisation.

Prototype en cours: http://constructions.f6fkn.com/dds/index.html

Afin ne pas trop dériver du projet original, seule la partie VFO/affichage de fréquence utilisera des composants ultra-modernes.

Le reste de l'émetteur sera autant que possible construit en utilisant des tubes d'origine TV.
Il est très facile d'en trouver à très bas coût, car ils ont été produits à plusieurs millions d'exemplaires, et n'ont pas encore été accaparés par les constructeurs audiophiles. 

Cette "hybridation anachronique" devrait en principe gommer les principaux défauts des constructions d'époque, tout en gardant l'attrait d'une réalisation à tubes.

Le cahier des charges prévoyait au départ une réalisation comportant seulement le mode AM.
L'adjonction d'un VFO DDS, et les facilités qu'elle procure, ont fait évoluer les idées en faveur d'une solution AM/CW/SSB. 

Pour l'instant, tout le temps libre est consacré à l'écriture du programme de gestion du synthétiseur DDS.
Plus de 3000 lignes ont déjà été écrites dans le micro-contrôleur, et l'avancement du projet est un perpétuel encouragement...
L'AD9851 obéit au doigt, à l'oeil, et ....au clavier!

24/18/2014: Devant les performances limitées des circuits AD9850 et AD9951, un nouveau circuit à été adopté. Il s'agit de l'AS9951, dont la fréquence utilisable s'étend de 0 à 160 MHZ.

La propreté du signal de sortie est bien supérieure aux "anciens" AD9950 & 51, ce qui justifie pleinement leur abandon.

Quelques modifications du software ont été nécessaires, sans générer de difficulté particulière, malgré le plus grand nombre de registres à gérer pour l'AD9951.

Une version encore plus performante de ce dernier est devenue disponible récemment, il s'agit de l'AD9954, qui demande de légères modifications, tant hard que soft.
Ce circuit récent comporte des registres RAM, accessibles de l'extérieur, afin de faciliter l'usage de fonctions spéciales, implémentées dans le 9954.

Les travaux sont en cours...

A bientôt pour la suite...
Contact
Free counters!

Cercle "Radios anciennes"
Liste des sites | << Préc | Suivant >> ]

                                                                    Le rendez-vous des RADIOAMATEURS ORGanisés !
Cliquez pour agrandir l'image
      Les instruments de torture...
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image











Derniére mise à jour le dimanche 21 décembre 2014